Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Politiques de l'art, du surréalisme à l’Internationale situationniste ! Un nouveau parcours de visite du musée : retour sur la façon dont les artistes ont répondu au problème politique. 2016-2017 à Paris04 - Paris / Foxoo
foxoo    twicards   guide_twitter   tendances   revue_de_presse   top_vidéos    rdv_médias
FranceParis   J'annonce 
Vos évènements relayés sur Twitter !  
Partagez  Facebook Google LinkedIn StumbleUpon StumbleUpon Email
Publié le 22/09/17 | Vues : 59


Politiques de l'art, du surréalisme à l’Internationale situationniste ! Un nouveau parcours de visite du musée : retour sur la façon dont les artistes ont répondu au problème politique. 2016-2017 à Paris04

Cet évènement est passé.  Ne manquez pas le prochain !
Foxoo vous informe dès l'annonce des prochains évènements sur le même thème ou se tenant au même endroit. Inscrivez-vous, c'est gratuit et révocable à tout moment.

> Inscrire une alerte

Evènement passé.

Du 29 septembre 2016 au 3 avril 2017 à Paris04.

Que peut être un « art politique » ? En s’engageant pour une cause, si noble soit-elle, l’art ne risque-t-il pas de se changer en instrument de propagande ? L’art peut-il pour autant rester étranger aux grandes luttes de son temps et renoncer à accompagner, voire à participer aux nécessaires mouvements de transformation du monde ? Au Musée, la nouvelle session d’expositions-dossiers animant le parcours de visite des collections modernes apporte à ces questions des réponses délibérément fragmentées, reposant sur la singularité de cas d’études tirés des collections du Centre Pompidou au Musée national d’art moderne et à la Bibliothèque Kandinsky. Ces diverses entrées historiques – des années 1910 à la fin des années 1960 – examinent la façon dont les artistes ont, chacun à sa manière, répondu concrètement au « problème » politique par la pratique artistique.

Introduite par une salle consacrée à Ubu roi , incarnation grotesque du pouvoir, figure de la bêtise et de la cruauté égoïste du tyran, la première partie du parcours rend compte de la politisation des arts durant la révolution d’Octobre. Le jeune pouvoir soviétique demande alors aux artistes, par la voix d’Anatoli Lounatcharski, commissaire du peuple à l’instruction publique, de contribuer à « élargir la façon révolutionnaire de penser, de sentir, et d’agir, dans tout le pays » : loubki patriotiques, fenêtres de propagande Rosta, invention de la « factographie », Club ouvrier de Rodtchenko et architecture utopique sont ainsi exposés.
La seconde partie du parcours porte une attention particulière aux expériences menées en France à partir de la fin des années 1920, lorsque de nombreux artistes décident de s’engager. Une salle consacrée à l’ Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), créée en 1932 et dirigée par Louis Aragon , fait face à un ensemble consacré à Adalberto Libera , architecte appartenant à cette génération de rationalistes italiens dont l’oeuvre est marquée par l’idéologie fasciste. Le réalisme socialiste « à la française », défini par la ligne dogmatique adoptée par le PCF dès les premières années de la Guerre froide, est analysé à travers les oeuvres d’ André Fougeron ou de Boris Taslitzky , mais aussi la fameuse « affaire du portrait de Staline par Picasso ». André Breton trouve sa place dans cette séquence, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort, à travers un focus illustrant les engagements politiques du fondateur du surréalisme.
Le parcours thématique s’achève dans les années 1960 . L’Internationale situationniste , fondée en 1957, est présentée à travers les outils mis au point par ses membres, Guy Debord, Asger Jorn, Constant ou Giuseppe Pinot-Gallizio : peinture industrielle, détournement, dérive ou urbanisme unitaire. Les événements de mai 1968, auxquels prend justement part l’IS, sont évoqués à travers l’affiche, médium de prédilection de ces « politiques de l’art » aux multiples visages.

Ubu Roi - Le tyran grotesque
(commissaires de l'exposition : Angela Lampe, Elisabeth Jobin et Valérie Gross)
Salle 2

Du néo-primitivisme au cubo-futurisme
(commissaire de l'exposition : Angela Lampe)
Salle 3

Le « loubok » patriotique
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux et Valérie Gross)
Traverse 3

Les Fenêtres de la Rosta
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux et Valérie Gross)
Traverse 4

Factographie
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux, Valérie Gross et Natacha Milovzorova)
Traverse 4

Vassily Kandinsky (1866-1944), le retour en Russie (1914-1921)
(commissaires de l'exposition : Christian Briend et Anne Lemonnier)
Traverse 5

Architecture soviétique : l’affirmation d’une nouvelle esthétique
(commissaires de l'exposition : Camille Lenglois et Valérie Gross)
Traverse 5 bis

Natalia Gontcharova et Le Populaire : points de vue sur le monde ouvrier
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov et Vanessa Noizet)
Traverse 6

Documenter la vie sociale
(commissaires de l'exposition : Clément Chéroux, Julie Jones et Vanessa Noizet)
Traverse 6 bis

Peindre et exposer sous l’Occupation : Jeunes peintres de tradition française
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Vanessa Noizet et Aurélien Bernard) Traverse 7

Art et parti
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Camille Morando, Didier Schulmann, Vanessa Noizet et Aurélien Bernard)
Traverse 8

Le logement social : le défi d’Edouard Menkès
(commissaires de l'exposition : Camille Lenglois et Karine Bomel)
Traverse 8 bis

Formes de l’activisme dans les années 1960 - Le pouvoir de l’affiche, la force du peu
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux et Aurélien Bernard)
Traverse 10

Le Club ouvrier d’Alexandre Rodtchenko
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux et Valérie Gross)
Salle 12

Ne visitez pas l'Exposition coloniale
(commissaires de l'exposition : Jean-Michel Bouhours, Camille Morando et Chloé Goualc’h) Salle 21

L’Association des Ecrivains et des Artistes Révolutionnaires
(commissaires de l'exposition : Clément Chéroux, Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Jones, Vanessa Noizet et Chloé Goualc’h)
Salle 22

Adalberto Libera, des ambiguïtés du rationalisme italien
(commissaire de l'exposition : Olivier Cinqualbre)
Salle 24

Le réalisme socialiste à la française (1947-1953) : un art de parti
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Camille Morando, Didier Schulmann, Vanessa Noizet et Aurélien Bernard)
Salle 25

Internationale situationniste
(commissaires de l'exposition : Nicolas Liucci-Goutnikov, Julie Champion, Louise Legeleux, Aurélien Bernard et Chloé Goualc’h)
Salle 34

Team Ten
(commissaire de l'exposition : Camille Lenglois)
Salle 38

Commissaire : Mnam/Cci, Nicolas Liucci-Goutnikov

Centre Pompidou

place Georges Pompidou, 75004 Paris




En savoir plus
Compléter / corriger
Poster vidéo / photo
Promotions