Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

La question de l'eau en Iran, la question de l'eau en Iran 2018 à Paris06 - Paris / Foxoo
Vos évènements annoncés sur Foxoo relayés sur Twitter Guide   Twitter
Vie locale     Actualité nationale     Mes évènements
FranceParis

La question de l'eau en Iran, la question de l'eau en Iran 2018 à Paris06

Evènement passé.

Le mercredi 11 avril 2018 à Paris06.

Dans un territoire majoritairement désertique et semi-désertique tel que l’Iran, l’eau a toujours été un enjeu et un symbole important pour les sociétés qui se sont succédées au fil des siècles. La religion zoroastrienne y voit un élément sacré qu’il est défendu au croyant de souiller. Le culte mithriaque recherche les sources d’eau claire pour y construire ses lieux de culte. En Islam également, le paradis est imaginé comme un jardin parcouru d’une multitude de ruisseaux parfumés. Il n’est donc pas surprenant que l’eau soit au coeur de tout concept architectural dans l’Iran médiéval. Les jardins y sont conçus tels des lieux de contemplation, où le promeneur en quête de sagesse se laisse guider par l’onde des ruisseaux. Située dans un milieu semi-désertique, la région d’Ispahan doit sa prospérité historique à sa rivière, le Zâyandeh-Roud. Lors des importants aménagements urbains qui font d’Ispahan la capitale du royaume au XVIIe siècle, la rivière est intégrée dans l’organisation de la nouvelle capitale et devient un centre urbain prestigieux. Elle est traversée par deux majestueux ponts, devenus des lieux de promenade incontournables pour les couples et les flâneurs persans : le Khâdjou et le Si-o-Seh Pol. Seulement, il est devenu de plus en plus rare pour les promeneurs d’apercevoir les trentes-trois arches du Si-o-Seh Pol se refléter dans le cours de sa rivière, car Ispahan est atteinte d’un mal récurrent : l’assèchement du Zâyandeh-Roud. L’eau est un sujet épineux à Ispahan depuis le XVIIe siècle et constitue aujourd’hui un enjeu majeur pour la ville contemporaine. Dans le cadre de la Semaine Culturelle d'Ispahan https://www.facebook.com/events/2067858666792185/), Sara Kamalvand, Ayda Ale-Hashemi et Jean-François Coulais seront les invités de cette discussion, organisée par le Conseil Franco-Iranien, et converseront sur la question de l'eau à Ispahan sous l'angle architectural, géograhique et paysagiste.---Intervenants- Sara Kamalvand est architecte. En 2012, elle a fondé HydroCity dans le but de mener des projets de recherche sur les systèmes d’irrigation traditionnels iraniens, grâce à la production d’ateliers, conférences et expositions. Elle fait partie du collectif BonGah basé à Téhéran et enseigne actuellement à l’Ecole Spéciale d’Architecture à Paris.- Ayda Ale-Hashemi est architecte, paysagiste et titulaire d’un doctorat de l’université de Téhéran. Sa thèse de doctorat s'intitule « Approche paysagère dans le développement des infrastructures naturelles de la ville : la définition des réseaux d’eau en tant qu’infrastructures paysagères ». Elle est membre du comité de rédaction du magazine Manzar en Iran et enseigne à l’université de Téhéran ainsi qu’à l’Université internationale de Qazvin.- Jean-François Coulais est géographe et titulaire d’un doctorat de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Ses premiers travaux de recherche ont porté sur les relations entre l’histoire urbaine et les sites géographiques. Chercheur à l’Ecole des Arts et Métiers (équipe de restitution numérique de l’abbaye de Cluny) et à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de ­Paris-Belleville (laboratoire IPRAUS/UMR AUSser), il intervient à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais dans le cadre de cours traitant de la représentation du projet urbain, de l’histoire et de la théorie de la ville et du paysage.---Cette conférence est en partenariat avec l'Ecole doctorale de l'Université Paris-est, le Prix Aga Khan d'architecture, le Laboratoire Infrastructure Architecture et Territoire et l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Malaquais.

La conférence aura lieu dans la salle 206 de l'ENSAP-Malaquais.
Enregistrement : https://www.eventbrite.fr/e/billets-la-question-de-leau-a-ispahan-44302098770

Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Malaquais

14 rue Bonaparte, 75006, Paris
Débute à 18H30




Partager :
Facebook



Cours d’espéranto pour post-débutants. Le mercredi 17 octobre 2018 à Paris. 18H30


Atelier d'écriture : racontez les secrets de vos personnages de roman. Le mercredi 17 octobre 2018 à Paris05. 18H30


Prière du groupe de la Miséricorde divine. Le mercredi 17 octobre 2018 à Paris18. 20H00


LE TARTUFFE, Theatre/Humour. Du 14 septembre au 17 octobre 2018 à PARIS10.


SCIENCES HUMAINES SUR UN PLATEAU, Arts/musees. Du 29 mai au 17 octobre 2018 à PARIS18.


MOHA LA SQUALE, Musique/Concert. Le mercredi 17 octobre 2018 à PARIS09.


MARCOS D. PROJECT, Musique/Concert. Le mercredi 17 octobre 2018 à PARIS01.


MOHA LA SQUALE, Musique/Concert. Le mercredi 17 octobre 2018 à PARIS09.


NASHVILLE PUSSY + RADIO BIRDMAN, Musique/Concert. Le mercredi 17 octobre 2018 à PARIS10.